Lancement du puissant satellite SWOT pour une observation inédite et mondiale des ressources en eau

swot mission surface eau ocean topographie couv Illustration d'artiste du vaisseau spatial SWOT. © NASA/JPL-Caltech

Lancement du puissant satellite SWOT pour une observation inédite et mondiale des ressources en eau

Décollage immédiat ! Ce jeudi 15 décembre 2022, le lancement du satellite SWOT (Surface Water and Ocean Topography) conçu conjointement par la NASA (National Aeronautics and Space Administration, USA) et le CNES (Centre Nationale d’Etudes Spatiale, France) marque la première mission mondiale dédiée aux eaux de surface de la Terre. L’équipe scientifique internationale s’attaque à des problèmes urgents tels que la disponibilité des ressources en eau douce, l’évolution de nos océans et de nos côtes, dans le contexte des événements extrêmes et de l’adaptation au changement climatique.

Pour la première fois, la mission SWOT (Surface Water and Ocean Topography) va réunir deux communautés scientifiques : océanographes et hydrologues.

En utilisant la technologie de pointe « d’interférométrie radar » (comparaison de plusieurs images d’une même zone, prises à partir de positions différentes) pour mesurer l’élévation de l’eau, le satellite SWOT observera les principaux lacs, rivières et zones humides tout en détectant les caractéristiques océaniques avec une résolution sans précédent.

Les données SWOT doivent fournir des informations essentielles nécessaires pour évaluer les ressources en eau sur terre, suivre les changements régionaux du niveau de la mer, surveiller les processus côtiers et observer les courants et les tourbillons océaniques à petite échelle. Il va permettre de confirmer la mise à jour récente du cycle de l’eau.

Déroulement de la mission

Les six premiers mois de la mission comprennent une phase d’étalonnage et de validation du satellite, au cours de laquelle le satellite volera sur une orbite répétitive d’une journée avec une couverture spatiale réduite mais une résolution temporelle améliorée.

Les premiers mois de la mission SWOT représentent une opportunité unique de suivre l’évolution rapide de la dynamique des océans à des échelles fines (10-100 km), et des variations rapides des lacs et des rivières. En France, le LEGOS (Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales, sous les tutelles du CNES, du CNRS, de l’IRD, et de l’Université de Toulouse III) est impliqué dans toutes les composantes hydrologiques, océanographiques et côtières de SWOT.

Océan et climat

Il est désormais établi que l’océan est le plus grand réservoir de chaleur et de dioxyde de carbone de la planète. La circulation océanique mondiale équilibre le climat de la Terre et rend notre planète habitable. Jusqu’ici, les satellites d’observation de la Terre ont révélé beaucoup de choses sur les liens entre le climat et l’océan, y compris le réchauffement climatique et l’élévation du niveau de la mer.

Cependant, une grande partie du mouvement des océans se produit à des échelles trop petites pour être détectées à l’échelle mondiale avec la technologie satellitaire actuelle. Pourtant, ces courants océaniques à petite échelle contiennent la majeure partie de l’énergie qui alimente le mélange et le transport de l’eau. Ils représentent donc des facteurs essentiels dans l’évaluation du changement climatique. Grâce à SWOT, certaines lacunes dans notre connaissance de la circulation océanique à petite échelle devraient être comblées.

Ressources en eau douce

Le réchauffement du climat de la Terre modifie également fortement les ressources en eau douce disponibles dans les lacs, les rivières et autres réservoirs, entraînant un impact sociétal important. Sans un inventaire adéquat des lacs terrestres et autres réservoirs de stockage d’eau douce, il est impossible d’évaluer les effets des changements environnementaux sur des secteurs d’activité comme l’agriculture ou l’industrie.

Suivez ou revivez le lancement live de SWOT :

partagez l’article sur les réseaux