Thèse : Cycle hydrothermal du soufre dans l’océan

IUEM

CDD

Plouzane, France

#océans #soufre #biogéochimie #ecologie

L’IUEM propose un sujet de thèse sur le cycle hydrothermal du soufre et son effet sur l’écologie et la biogéochimie de l’océan.

Structure d’accueil

L’IUEM est un acteur majeur de la recherche française et européenne en Sciences de la Mer. Bénéficiant de l’environnement privilégié de l’Europôle Mer qui regroupe plus de la moitié du potentiel national dans ce domaine, ses équipes sont présentes sur toutes les grandes problématiques de recherche et travaillent sur tous les océans: évolution et résistance des écosystèmes, biologie intégrative des organismes marins, océan et climat, vie dans les grandes profondeurs, droit et économie des activités maritimes, relations homme-nature dans les milieux littoraux.

La recherche à l’IUEM s’effectue au sein de sept laboratoires de recherche et de deux laboratoires mixtes internationaux en Afrique du Sud et au Pérou, dans le cadre de projets et de programmes financés notamment par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et l’Union européenne.

Les stratégies scientifiques de recherche sont définies au sein de chaque laboratoire, mais les dynamiques interdisciplinaires sont orientées et animées par l’IUEM. C’est un tel travail de transversalité, étendu aux équipes propres de l’Ifremer, à l’École Centrale de Nantes et à l’Université de Nantes, qui a conduit à la création du Laboratoire d’Excellence sur la Mer, le LabexMER, en 2011.

Description du poste

Cette thèse vise à améliorer les connaissances sur les voies cataboliques de la disproportion microbienne du soufre et à identifier les voies cataboliques et les intermédiaires chimiques de cette réaction.

Pour mener à bien cette mission, le titulaire sera amené à :

  • combiner la transcriptomique, et la protéomique comparative sans marqueur (LC-MS/MS) pour identifier les protéines impliquées dans ce métabolisme, en comparant les protéines (fractions membranaire et cytosolique-extracellulaire) exprimées par les bactéries disproportionnées en soufre dans des conditions de culture favorisant la TMS ou un autre métabolisme (par exemple, la réduction des sulfates), dans des bioréacteurs de type gas-lift;
  • surveiller les substrats, les intermédiaires et les produits métaboliques (chromatographie gazeuse et ionique, sonde à sulfure…);

Profil et compétences

  • Master en microbiologie ou un diplôme d’ingénieur en microbiologie;
  • Connaissance de la microbiologie Pasteur, culture de microorganismes aérobies et anaérobies, thermophiles;
  • Connaissance de l’écologie microbienne des habitats marins extrêmes;
  • Maîtrise de l’anglais (lu, parlé et écrit).

Qualités professionnelles

  • Capacité d’adaptation
  • Travail en équipe
  • Autonomie
  • Bonne communication (écrit et oral)
  • Qualités rédactionnelles
  • Passion et enthousiasme

Type de contrat

CDD, 3 ans

Lieu de travail

Biologie et Ecologie des Écosystèmes marins Profonds BEEP, UMR 6197, IUEM, Plouzané, France

partagez l’article sur les réseaux