team mission resilience Trombinoscope de l’université flottante à bord de Résilience

Une université flottante grandeur nature

#oceans #sciences #savoir-faire #partage #transmission

La campagne RESILIENCE est le lieu d’une innovation importante puisque pour la première fois, le Marion Dufresne embarque à son bord et pour les 35 jours de mer, une université flottante.
21 étudiants en Master venus de l’Université de Bretagne Occidentale, l’Université du Littoral Côte d’Opale, l’Université Côte d’Azur, et l’Université Nelson Mandela (Afrique du Sud) seront encadrés pour vivre grandeur nature les travaux scientifiques et les manipulations expérimentales.

Une expérience scientifique grandeur nature

Créer une université flottante à bord du Marion Dufresne, navire de légende menant sa 237ème mission océanographique, avait pour but d’offrir aux étudiants de diverses disciplines de la recherche océanographique (chimie, biologie, écologie marines ou encore sciences de la conservation) une expérience scientifique grandeur nature : au plus près des chercheurs, en bénéficiant de leurs expertises respectives et en étant accompagnés au quotidien dans cette expérience en mer. Pendant ces 35 jours de campagne, les étudiants ont eu l’opportunité d’intégrer les différentes équipes présentes à bord et participer aux travaux, prélèvements et analyses en laboratoire, ou encore aux observations visuelles d’oiseaux et de mammifères marins.

Des visites du navire ont pu être organisées pour découvrir les différents instruments scientifiques déployés en permanence, tels que des échosondeurs, situés au-dessus de la coque du navire, et la ferrybox, le thermosalinographe etc… Pendant ces visites, les étudiants ont aussi pu visiter des espaces de stockage généralement limités d’accès et qui contiennent une grande variété d’équipements pour les scientifiques et pour la maintenance du navire. Enfin, l’équipage a pu faire aux étudiants des visites de machines (systèmes de pompage de l’eau, moteurs, systèmes de chauffage etc..) et montrer plus en détail le fonctionnement d’un navire océanographique.

Mais l’engagement est réciproque entre équipes scientifiques et étudiants. Ceux-ci vont bien au-delà de quelques observations et d’une aide apportée à la logistique. Ils viennent notamment de se rendre indispensables lors du dernier leg, quand l’équipe scientifique a connu des cas de Covid avec un strict confinement imposé. Les étudiants ont su prendre les postes scientifiques vacants pour que le travail de recherche n’en soit pas impacté. Les prélèvements d’eaux de mer aux stations CTD ont été entièrement effectués par les étudiants, sous la supervision de leurs encadrants évidemment.

visualisation donnees scientifiques

Communiquer « en live » sur l’océanographie

Outre la participation active des étudiants aux activités scientifiques, ceux-ci assurent la plupart de la communication à bord et au grand public, en particulier grâce à l’organisation de séminaires scientifiques, une restitution quotidienne et vulgarisée des activités menées à bord, des synthèses sur les méthodes, les outils utilisés et les métiers rencontrés au sein des équipes.

Ces produits de communication et de vulgarisation scientifique sont utilisés pour alimenter au fur et à mesure de la campagne, différents supports : site web du projet, posters, réseaux sociaux twitter ou instagram (@uf_resilience).

Ils sont essentiels pour valoriser une expérience collective et collaborative à la mer avec le plus grand nombre. Montrer les coulisses d’une campagne et raconter ce qui s’y fait est une manière efficace d’inspirer, du moins de susciter un intérêt plus large pour les sciences de la mer auprès des jeunes générations.

partagez l’article sur les réseaux