Postdoc : écologie quantitative des populations de poissons migrateurs

Post doctorat

Rennes

17 mois

#ocean #ecology #salmon #trophicecology #data #quantitative

Un post-doctorat est ouvert dans l’équipe ESE (Ecology and Ecosystem Health) au sein de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnment (INRAE), dans le domaine de l’écologie quantitative des populations de poissons migrateurs.

Le travail sera consacré à l’étude du changement climatique sur les populations et l’écosystème en mettant en lien les données statistiques, la dynamique de population et l’écologie trophique. L’objectif principal est de mieux comprendre l’écologie du saumon en mer afin d’améliorer la qualité de l’expertise scientifique et l’efficacité des mesures de gestion. Ce poste est ouvert dans le cadre du projet SAMARCH financé par l’Union Européenne.

Structure d’accueil

L’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche. Il regroupe 12 000 personnes sur plus de 200 unités de recherche et 42 unités expérimentales réparties sur l’ensemble du territoire français.
L’institut se situe parmi les leaders mondiaux en sciences de l’agriculture et de l’alimentation, en sciences végétales et animales, et au 11e rang mondial en écologie et environnement. Face à l’augmentation de la population, au changement climatique, à la raréfaction des ressources et au déclin de la biodiversité, l’institut développe des solutions pour une agriculture multi performante, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Le groupe de recherche ESE a été créé en 2008. Il est composé de scientifiques de l’INRAE et également de l’Institut national d’enseignement supérieur pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Les recherches conduites sont principalement sur les écosystèmes aquatiques et leurs transformations dans le contexte d’anthropisation et de changement global. Ces travaux ont pour objectif de répondre aux attentes sociétales en matière de préservation des zones naturelles, des ressources biologiques, de la biodiversité et des risques associés aux pollutions, aux invasions biologiques et au changement climatique.

Activités et missions

Le post-doctorant étudiera les causes et les conséquences potentielles des changements dans la croissance du saumon en mer en analysant les données empiriques à long terme de plusieurs populations.
L’approche s’appuiera sur l’analyse détaillée de la croissance du saumon pour mieux comprendre et prévoir la réponse des populations de saumon aux changements en cours dans l’océan atlantique nord.

L’étude devra également produire une analyse détaillée des modèles de croissance individuels afin de mieux caractériser la variabilité des conditions environnementales en mer tout au long des étapes successives de la migration et de la maturation du saumon.
En complément et à l’aide de données extraites archivées, le post-doc étudiera la corrélation entre les modèles de croissance et les rapports isotopiques C et N afin d’identifier les facteurs environnementaux potentiels de la variabilité spatio-temporelle de la croissance en mer.

Ce travail fournira des indices précieux sur la taille, la condition et le moment de la migration des saumons qui retournent dans leur rivière natale après leur séjour. Cette approche peut aider à déduire les changements écologiques à grande échelle qui influencent les populations de saumons sur l’ensemble de leur aire de répartition.

Il/elle sera aussi chargé de rédiger des manuscrits destinés à être publiés dans des revues scientifiques internationales et devra communiquer régulièrement les résultats aux partenaires du projet SAMARCH.

Profil et compétences

Expérience et compétences requises :

  • Doctorat en écologie quantitative ou en sciences de la pêche.
  • Expérience en manipulation et analyse de grands ensembles de données empiriques à l’aide d’approches quantitatives.
  • Une expérience en histoire de la vie, en océanographie et en écologie des isotopes stables serait un avantage.
  • Capacité à travailler en équipe et à publier des articles dans des revues scientifiques internationales de renom est considérée comme des conditions préalables.

Lieu

Rennes, 35000, France

Durée

17 mois

partagez l’article sur les réseaux