Missions scientifiques débutées avec succès pour l’expédition des Explorations de Monaco

Vue aérienne d’Aldabra. © Sylvain-Peroumal / MonacoExplorations

Missions scientifiques débutées avec succès pour l’expédition des Explorations de Monaco

Le 3 octobre 2022, le navire S.A. Agulhas II a quitté le port de Cape Town, Afrique du Sud, pour entamer sa mission d’exploration scientifique de deux mois dans l’océan Indien. L’objectif est de récolter un maximum d’informations et de sensibiliser à la protection des océans, en grande partie méconnus. Une première étape a été effectuée avec succès aux Seychelles.

Premier voyage jusqu’aux Seychelles

Le 3 octobre 2022, l’expédition des Explorations de Monaco a débuté son voyage. Après une semaine de traversée, le S.A. Agulhas II est arrivé à Port-Louis (île Maurice) pour une première escale, avant de repartir vers La Réunion quelques jours plus tard. A cette occasion, l’équipage a été rejoint par une dizaine d’étudiants et une équipe de tournage, chargée de réaliser un documentaire sur la mission des Explorations de Monaco.

Le 13 octobre, le navire est arrivé dans la ville du Port à La Réunion, pour l’embarquement du matériel scientifique et de nouveaux passagers, à savoir 20 autres étudiants de l’école embarquée, ainsi que de nombreux scientifiques, dont les chercheurs du programme GECOS (« Conservation des tortues marines en Océan Indien : structure GEnétique et évaluation des niveaux de COntamination et de Stress »). Cette escale a permis de commencer à faire connaitre la mission et ses enjeux, avec l’accueil de public et de journalistes.

Aldabra, première escale scientifique

L’étape suivante fut Aldabra dès le mercredi 19 octobre 2022, pour quatre journées intenses d’activités. L’équipe Madcaps (Microplastics AnD Corals Pathogens) chargée d’étudier les déchets plastiques, a effectué plusieurs relevés à terre et en mer avec le filet manta.

L’équipe du Conservatoire du corail a prélevé 60 colonies de coraux vivants, qui seront débarqués aux Seychelles et expédiés dans différents laboratoires (Monaco et Brest notamment).

Les membres du projet GECOS ont procédé à l’étude des populations de tortues et à la cartographie des petits fonds et inventaires de la biodiversité de l’atoll.

L’équipe de Heather Koldewey (Royal Zoological Society de Londres) a dirigée l’utilisation d’un drone sous-marin (ou ROV) qui, pour la première fois, descend jusqu’à 700 mètres de profondeur. Jusque-là, l’exploration des pentes de l’atoll ne s’était faite que jusqu’à 250 mètres.

Enfin, le déploiement de 9 bouées dérivantes a été effectué afin d’acquérir des données de température et salinité pour modéliser les courants de façon précise et étudier leur influence sur la répartition de la biodiversité biologique dans la région.

Cette escale à Aldabra a également reçu la visite du S.A.S le prince Albert II de Monaco, marquée par la signature d’une lettre d’intention entre la Seychelles Island Foundation, le Centre Scientifique de Monaco et l’Institut océanographique pour une collaboration scientifique dans le cadre du Conservatoire mondial du corail.

Une aire marine éducative pour un avenir durable

A l’occasion du mouillage à Aldabra, et dans le cadre du projet Pareo (pour « Patrimoine récifal de l’océan Indien entre nos mains »), l’aire marine éducative de l’île Curieuse aux Seychelles a été inaugurée le 28 octobre 2022 avec les enfants de l’école Baie Ste-Anne de Praslin.

Le concept d’Aire Marine éducative est né en 2012 aux Marquises. Il consiste, pour des élèves et leur enseignant, à gérer de manière participative une zone maritime littorale de petite taille. Cette démarche pédagogique et écocitoyenne a pour but de sensibiliser le jeune public à la protection du milieu marin mais également de découvrir ses acteurs.

Une escale seychelloise réussie

En provenance d’Aldabra, le S.A. Agulhas II a ensuite fait escale aux Seychelles du 29 au 31 octobre 2022. Entre visites officielles et de découvertes, de nombreuses opérations techniques se sont déroulées, comme l’approvisionnement en nourriture et en matériel, mais aussi le changement des équipes scientifiques.

Comme mentionné précédemment, les colonies de coraux prélevées à Aldabra et destinées à être conservées dans des Aquariums publics dans le cadre du Conservatoire mondial du corail ont été transférées le 29 octobre vers des cuves de stabulation installées à Mahé, avant leur envoi vers l’Europe.

Des balises Argo déployées

Après le départ des Seychelles, 3 balises Argo de nouvelles générations ont été déployées à une soixantaine de miles à l’est du banc de Saya de Malha. Elles vont mesurer, entre 0 et 2000 mètres de profondeur, et ce pendant plusieurs années, des variables physiques, chimiques et biologiques essentielles à la compréhension de l’évolution de la santé de l’océan et de sa réponse au changement climatique, comme la température, la salinité, le pH, les concentrations en oxygène ou les particules en suspension.

flotteur Argo sous leau

Flotteur Argo de type Refine en immersion. © David Luquet / IMEV

Le programme international BGC Argo vise à déployer 1 000 robots de type flotteurs profileurs de nouvelle génération venant compléter les 3 000 flotteurs profiteurs dérivant déjà dans l’océan. Depuis le début de la mission « Océan Indien », 19 flotteurs ont été mis à l’eau.

Prochaine étape de l’expédition : le banc de Saya de Malha, l’un des plus grands herbiers sous-marins au monde !