impact peche chalutage

Pêche : ce que la science nous dit de l’impact du chalutage sur les fonds marins

par Sandrine Vaz et Pascal Laffargue pour The Conversation
le 15 décembre 2021

En augmentation constante depuis les années 1960, la consommation mondiale de produits de la mer est passée de 9 kilos dans ces années à plus de 20 kilos par personne en moyenne en 2018 – soit 17 % des protéines animales consommées. La moitié environ provient de captures de ressources sauvages marines, illustrant l’importance de la pêche dans l’alimentation mondiale et européenne.

Comme toute activité humaine, l’extraction des ressources marines vivantes s’accompagne d’effets plus ou moins marqués sur ces ressources, mais également d’effets collatéraux sur des espèces et des habitats non ciblés. Ainsi, parmi les nombreuses activités humaines ayant des impacts prononcés sur les écosystèmes marins, la pêche – et tout particulièrement le « chalutage de fond » – représente actuellement l’une des pressions la plus répandue et intense sur les fonds marins des plateaux continentaux, notamment européens.

La prise de conscience récente de l’érosion de la biodiversité résultant de la plupart des activités humaines s’est étendue au milieu marin. Et l’acceptabilité de certaines pratiques de pêche, dont les effets s’avéreraient irréversibles, fait désormais débat.

partagez l’article sur les réseaux