Participants de l'Ecole Bleu Outremer sur le Marion Dufresne en route vers le Mont La Pérouse © Louis Bouscary

L’École Bleu Outremer en plein cœur de l’Océan Indien

par IFREMER
#océan #climat #pédagogie #OcéanIndien

Originaires d’outre-mer, des pays du bassin de l’océan Indien et de métropole, 75 étudiants embarquent du 28 juin au 22 juillet 2022 pour une aventure inédite à bord du Marion Dufresne II, en plein cœur de l’océan indien.

Une expérience pédagogique inédite

Le Marion Dufresne II, navire mythique de la Flotte océanographique française et propriété des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), se métamorphose du 28 juin au 22 juillet en navire école d’un genre nouveau.

Jeunes scientifiques, artistes en herbe, marins en devenir s’apprêtent à vivre une campagne océanographique de l’intérieur, aux côtés des chercheurs et de l’équipage chevronnés, dans le sud-ouest de l’océan Indien. Une rencontre inédite entre les jeunes d’outre-mer, des pays du bassin de l’océan Indien et de l’hexagone, ancrée dans la diversité et le partage.

De La Réunion à Mayotte en passant par les îles Éparses, ils observeront, échangeront, débattront et transmettront leurs témoignages et leurs vécus. Ils seront alors force de sensibilisation et d’initiatives et deviendront des passeurs pour un océan plus durable.

Trajet prévu pour la campagne © Ifremer/Jérémy Barrault

Une approche partenariale forte

Ce projet est né de l’envie de partager l’aventure scientifique à bord d’un navire de la Flotte océanographique française avec des jeunes d’origines diverses, de les faire se rencontrer et de les sensibiliser à la richesse et à l’importance des océans.

Imaginée par l’Ifremer, l’École bleu outremer est le fruit d’un travail collectif impliquant les ministères de l’Enseignement supérieur et de la recherche, des Outre-mer et de la Mer, en lien avec l’Agence française de développement (AFD), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’université de La Réunion, le Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte (CUFR) et la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Ce projet bénéficie également du soutien de la Western Indian Ocean Marine Science Association (WIOMSA), des préfectures de Mayotte et de La Réunion, de la région de La Réunion, de la Fondation des mers australes, de la Fondation Air France, d’Air Austral, de Louis Dreyfus Armateurs, de Genavir, du Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte (Revosima) et de la Flotte océanographique française opérée par l’Ifremer.

partagez l’article sur les réseaux