Chercheur postdoctorant en océanographie physique au Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale (Ifremer)

Recrutement en cours

Offre post doctorat

Durée : 18 mois

Date limite de candidature : 01/09/2021

#CO2 #carbone #climat #stockage

Dans le cadre de sa contribution au programme européen H2020 EUROSEA, le Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale (LOPS) basé à IFREMER Brest (29) recherche un océanographe physicien pour rejoindre son équipe et travailler sur les mécanismes physiques impliqués dans la variabilité du stockage en profondeur du CO2 en Atlantique nord.

Structure d’accueil

Le laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale (LOPS) basé à IFREMER (Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer) Brest (29) est une Unité Mixte de Recherche placée sous la tutelle du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, www.cnrs.fr), de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer, www.ifremer.fr), de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, www.ird.fr) et de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, www.univ-brest.fr). Il est aussi l’un des sept laboratoires qui constituent l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM, www-iuem.univ-brest.fr), et une des trois unités du département Océanographie et Dynamique des Ecosystèmes de l’Ifremer.

La recherche au LOPS se concentre sur l’observation et l’étude des mouvements océaniques, leurs liens avec l’atmosphère, le plancher océanique et le littoral et leur influence sur la vie dans les océans. Elle s’organise autour de 4 équipes thématiques travaillant sur :

  • L’océan côtier,
  • Le rôle de l’océan dans la régulation et l’évolution du climat
  • L’observation de l’océan depuis l’espace et la dynamique de l’interface air-mer
  • Les « interactions d’échelles », ou comment de petites structures (ondes, tourbillons …) influencent les plus grandes et réciproquement.

Le laboratoire valorise ses travaux de recherche à travers sa contribution aux projets d’océanographie opérationnelle française, ses liens avec les entreprises et ses travaux d’expertise. Le laboratoire possède des compétences et des moyens uniques en France pour la réalisation de campagnes d’océanographie physique et l’analyse de données satellitaires.

Contexte l’offre

L’océan est un puits important de CO2 atmosphérique. Le bassin Atlantique Nord en particulier est la région où s’accumule la plus grande quantité de carbone anthropique, c’est-à-dire l’excès de CO2 émis par les activités humaines depuis le début de l’ère industrielle. Ce puits de carbone que représente l’océan est crucial puisqu’il participe à l’atténuation du réchauffement climatique.

Le mécanisme de stockage du carbone par l’océan dans les profondeurs se fait notamment sur la base de phénomènes physiques, par le biais des échanges de gaz à l’interface air-mer et par les mouvements profonds de convection océanique. Dans le contexte actuel de réchauffement climatique, l’augmentation de la stratification de surface due à une eau de surface plus chaude et à une plus grande teneur en eau douce pourrait bien inhiber ce phénomène de convection profonde. Les mécanismes de capture et de stockage du CO2 par l’océan pourraient par conséquent être modifiés et affecter la capacité de l’océan à stocker le CO2.

Comprendre et identifier les facteurs clés de l’absorption du carbone dans l’océan Atlantique Nord est donc primordial. Le projet européen EUROSEA (European Contribution to the Future of the Seas and Oceans) vise en particulier à évaluer la valeur économique de l’océan, et le dommage marginal produit ou évité en fonction d’une production plus ou moins importante d’émissions de CO2.

Dans le cadre de sa contribution à EUROSEA, le LOPS recrute donc un post-doctorant océanographe physicien pour étudier les mécanismes physiques impliqués dans l’absorption, le stockage et l’exportation du carbone dans le gyre subpolaire de l’océan Atlantique Nord et leur variabilité interannuelle à décennale. Cette analyse se fondera en grande partie sur les données des flotteurs Argo, BGC-Argo et Deep-Argo. Le(a) chercheur.e sera également chargé.e d’évaluer la manière la plus pertinente d’utiliser ces données pour fournir des indicateurs potentiels de stockage de carbone.

Profil et compétences

Expériences et compétences requises :

  • Un doctorat en océanographie physique, météorologie, science du climat ou dynamique des fluides géophysiques.
  • Expérience dans le domaine de la physique, de l’utilisation de grandes bases de données et des méthodologies liées aux estimations du transport océaniques.
  • Une formation en biogéochimie et/ou une expérience en modélisation numérique des océans serait un atout.
  • D’excellentes compétences en communication orale et écrite en langue anglaise sont aussi requises.

Lieu

Laboratoire d’Océanographie Physique et Spatiale, Ifremer, Brest, France.

Durée

18 mois à partir de novembre 2021

> https://www.umr-lops.fr
> https://eurosea.eu

partagez l’article sur les réseaux